Résolutions 2018 #2

Résolution #2 : Ne plus porter d’alliance

Monsieur a décidé de mettre fin à notre union. J’en ai le cœur brisé mais c’est ainsi.
Alors quoi ? Continuer à porter une alliance ?
Dans quel but ? Me mentir à moi-même et tromper le monde ?

Je ne peux pas continuer comme ça.
Quand c’est fini, c’est fini…

Alors, depuis le 1er janvier, je ne porte plus d’alliance.

Mon annulaire est libre comme l’air… et moi je pleure.

Maman aime… A nous de jouer !


Il fait gris à Paris…
C’est les vacances,
Mais sous la pluie…
On s’ennuie !

Ça, c’était avant d’aller voir ce chouette spectacle d’improvisation théâtrale pour les enfants. Deux comédiennes vont inventer, grâce aux idées du public, une histoire qui ne sera jouée qu’une fois ! Le décor, les personnages et les aventures sont tout droit sorties de l’imagination des enfants… et nous assistons à un spectacle unique, aussi drôle qu’étonnant !

Hier, nous avons accompagné la fée-pirate Chien-Chion, et son lapin Caramel, dans leurs péripéties avec le dragon Molluscor. Nous avons voyagé dans le ventre d’une baleine, chanté du Louane, puis atterri en Drôme et lancé des boules de lave au méchant avant de filer dans un music hall à New York. Incroyable, non ? 😉

Si vous avez envie de passer un bon moment avec vos enfants, filez au Théâtre Essaion !

 

Résolutions 2018 #1

Comme tous les ans, nouvelle année = bonnes résolutions ! Je vous livre mes objectifs 2018 au fil de l’eau…

Résolution #1 : ne plus dormir avec mon (futur ex) mari

Cela peut sembler évident, et pourtant…
Cela fait un an que Monsieur tergiverse (je reste ? je pars ?), et qu’il joue au yoyo avec mes sentiments. En vrai, cela fait un an qu’il est parti dans sa tête… mais un an tout de même qu’il continue à dormir avec moi.

Même la décision officielle de nous séparer n’a pas eu l’air de le faire réfléchir à la situation. Bien que nous nous quittons, nous dormons encore dans le même lit.

Y’a pas un blême ? Oh que si !

A un moment, il faut que les choses soient claires. On ne peut pas vouloir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière. Alors, quant à partager son lit, n’y pensons pas !

J’ai donc pris la décision que nous ne dormirions plus ensemble, mais chacun à tour de rôle dans notre chambre.

Monsieur a eu l’air surpris, mais a accepté sans faire de commentaire.

Adieu ambiguïtés, il faut que le cadre soit clair.

Âmes sensibles, s’abstenir !

Ami lecteur, tu l’auras compris, je traverse une phase difficile.

Difficile, mais pas seulement. Je pourrai ajouter : pénible, douloureuse, inquiétante, compliquée, déstabilisante… et j’en oublie !

Alors, je me dois de te prévenir : si tu es en quête d’une love-story avec une happy end, ferme cette fenêtre !

Si tu as envie (comme moi) de croire que le grand amour existe, et qu’un mariage n’est pas chose à prendre à la légère (même s’il faut y mettre de la légèreté)… prend la tangente !

Le concours de celui qui « a la vie la plus heureuse » (et je compatis car j’imagine qu’il faut une sacrée énergie pour passer son temps à faire son show et s’inventer une vie de rêve) n’a pas lieu d’être ici. Vade retro satanas… et va sur facebook !

Ici, tout n’est que désolation, yeux rougis et kleenex éparpillés !

Si tu choisis de continuer à lire ce blog, c’est donc en parfaite connaissance de cause.

La seule bonne nouvelle que je peux t’annoncer (mais ton esprit subtil l’aura bien sûr deviné), c’est que même au fond du gouffre, même dans la plus pire des pires situations, j’arriverai à faire émerger une pointe d’humour. Certes, il ne s’agira que d’une trace de vie sans prétention, mais elle annoncera le jour au bout du tunnel. Et si elle parvient à te faire esquisser un début de sourire (ne soyons pas trop ambitieux), c’est que finalement, tu n’auras pas perdu tout ton temps ici !

Ah oui, une dernière chose : contrairement à une peur répandue, le malheur n’est pas contagieux. Tu peux donc continuer à vivre normalement !

C’est tout… pour le moment.

Cette fille est folle !

Quoi ? Divorcer avec 3 enfants en bas âge, et un salaire qui couvre seulement le montant du loyer ?

Cette fille est-elle folle ou inconsciente ?

Ni l’un ni l’autre, mon bon Monsieur !

Cette fille n’a pas le choix.

JE n’ai pas le choix.

Monsieur doit divorcer. C’est comme ça et pas autrement.

S’il divorce, je divorce.
Et les 3 enfants avec.

Mais pourquoi, me direz-vous ?

Ah, si seulement vous aviez le temps… des heures à perdre… je vous raconterai tout ! Tout a commencé il y a bien, bien longtemps… Il était une fois…

Allons, trêve de blabla !
Je vous raconterai bien sûr, mais il va falloir trouver l’art et la manière, le ton et les mots justes… Pas question d’écrire et de vous faire mourir d’ennui, ou pire encore, de tristesse.

Car un divorce, c’est la fin de l’histoire que personne ne souhaite, n’est-ce pas ?
On aimerait tous avoir droit à son propre conte de fées…

Alors oui, je plaide coupable : je suis folle.
Folle d’y avoir cru…

Que celui qui n’a jamais aimé me jette la première pierre !

Bonne année !

Ami lecteur, ami robot,

je te souhaite une heureuse nouvelle année…

2018 sera particulière pour moi, avec un événement inattendu et explosif : je divorce !

« Bonne année quand même« , comme dirait mon (ex) mari.

Ainsi soit-il !

Ça, c’est dit !

20160824_181352Je discute tranquillement avec Monsieur, et lui raconte que lors d’une emplette, la vendeuse m’a  tellement tenu la jambe dans le magasin, que je ne parvenais plus à partir…

Miss Boubouille, qui joue à côté de nous, n’a pas perdu une miette de la conversation. Elle se tourne vers moi et demande : « Maman, pourquoi la dame t’a fait un croche-patte ? ».

Hihi !

 

 

Working mum : le retour

mam-at-workEt voilà… après un an et 2 mois de congé mat et de congé parental, je reprends la voie du bureau. Est-ce que je réalise ? Non ! Est-ce que ça me fait bizarre ? Oui ! Est-ce que je suis contente d’y retourner ? (Suis-je obligée de répondre ???) Euh, ça dépend ! Pour le boulot en lui-même, oui, car c’est un nouveau poste qui va être intéressant, et surtout, car j’ai une promotion ! (penser à me mettre un post-it avec cet argument-clé pour les jours de déprime)… mais pour l’ambiance malsaine, les collègues hypocrites et envieux, la réunionite aiguë… non, mille fois non !
L’exercice va donc être difficile car je vais devoir prendre du recul, de la hauteur… voire planer à 10 000 pour travailler tout en faisant abstraction du contexte (réorg, rumeurs à gogo…). Maître Yoda sera ma source d’inspiration quotidienne, pour la zen attitude, pas pour le style (avec 3 enfants, vous me voyez vraiment me peindre en vert le matin ?). Je vais apprendre à rationaliser ma relation au travail, capitaliser sur les relations positives, et surtout, arriver et partir à l’heure pour profiter un max de mes enfants (et celui qui se mettra en travers de ma route aura droit à un coup de sac à main !). Mon fidèle destrier, mon Piaggio Zip, sera mon compagnon de route, et ensemble, nous foncerons (à 45 km/h) pour respecter mon futur agenda de ouf… working mum, le retour ? C’est parti, mon kiki ! 😉

Le jour où… Miss Boubouille a eu des poux

attention-pouxl’appartement s’est tout simplement transformé en annexe de pharmacie ! Entre les shampoings, les lotions, les sprays répulsifs, les huiles essentielles… la table du salon ressemble à une tête de gondole anti-poux ! Il faut dire que jusqu’à présent, nous avons plutôt été chanceux : en 7 ans, Mister Bidou n’en a jamais attrapé. C’est donc une grande première pour nous… lorsque Miss Boubouille est revenue de l’école en se grattant copieusement la tête, nous n’avons eu d’autre choix que de former une brigade anti-poux !

Pas question que les poux nous poux-rissent la vie ! Ou qu’ils prennent le poux-voir ! Non mais ! Vade retro poux-tanas ! Nous voici donc shampouineurs professionnels, grands laveurs de couettes et de draps, et surtout traqueurs sans pitié des squatteurs de cheveux. Miss Boubouille a droit tous les soirs à un examen au microscope de sa chevelure, et vu sa blondeur, les poux ont du mal à s’y cacher. Le poux est peut-être fourbe, mais il est faible !