Working mum : le retour

mam-at-workEt voilà… après un an et 2 mois de congé mat et de congé parental, je reprends la voie du bureau. Est-ce que je réalise ? Non ! Est-ce que ça me fait bizarre ? Oui ! Est-ce que je suis contente d’y retourner ? (Suis-je obligée de répondre ???) Euh, ça dépend ! Pour le boulot en lui-même, oui, car c’est un nouveau poste qui va être intéressant, et surtout, car j’ai une promotion ! (penser à me mettre un post-it avec cet argument-clé pour les jours de déprime)… mais pour l’ambiance malsaine, les collègues hypocrites et envieux, la réunionite aiguë… non, mille fois non !
L’exercice va donc être difficile car je vais devoir prendre du recul, de la hauteur… voire planer à 10 000 pour travailler tout en faisant abstraction du contexte (réorg, rumeurs à gogo…). Maître Yoda sera ma source d’inspiration quotidienne, pour la zen attitude, pas pour le style (avec 3 enfants, vous me voyez vraiment me peindre en vert le matin ?). Je vais apprendre à rationaliser ma relation au travail, capitaliser sur les relations positives, et surtout, arriver et partir à l’heure pour profiter un max de mes enfants (et celui qui se mettra en travers de ma route aura droit à un coup de sac à main !). Mon fidèle destrier, mon Piaggio Zip, sera mon compagnon de route, et ensemble, nous foncerons (à 45 km/h) pour respecter mon futur agenda de ouf… working mum, le retour ? C’est parti, mon kiki ! 😉

Le jour où… Miss Boubouille a eu des poux

attention-pouxl’appartement s’est tout simplement transformé en annexe de pharmacie ! Entre les shampoings, les lotions, les sprays répulsifs, les huiles essentielles… la table du salon ressemble à une tête de gondole anti-poux ! Il faut dire que jusqu’à présent, nous avons plutôt été chanceux : en 7 ans, Mister Bidou n’en a jamais attrapé. C’est donc une grande première pour nous… lorsque Miss Boubouille est revenue de l’école en se grattant copieusement la tête, nous n’avons eu d’autre choix que de former une brigade anti-poux !

Pas question que les poux nous poux-rissent la vie ! Ou qu’ils prennent le poux-voir ! Non mais ! Vade retro poux-tanas ! Nous voici donc shampouineurs professionnels, grands laveurs de couettes et de draps, et surtout traqueurs sans pitié des squatteurs de cheveux. Miss Boubouille a droit tous les soirs à un examen au microscope de sa chevelure, et vu sa blondeur, les poux ont du mal à s’y cacher. Le poux est peut-être fourbe, mais il est faible !

Le jour où… j’ai découvert Constance Hall

constance-hall_Constance Hall… ce nom vous dit quelque chose ? C’est cette blogueuse australienne de 32 ans, mère de 4 enfants, qui a publié sur son compte Facebook une lettre ouverte à l’attention de toutes les mamans, pour les soutenir et les déculpabiliser. Sa publication a fait le tour du web… et du monde, et a été relayée par de nombreux médias. En quelques lignes, la jeune maman décrit avec justesse quelques situations si familières que son message a touché le cœur de milliers de femmes !

Voici sa traduction intégrale, la version originale est ici

« À la femme du parc, qui regarde son téléphone et ignore ses enfants, je te salue. Car tu te fous de ceux qui pensent que tu devrais être sous tension 24 heures sur 24. Car tu n’en as rien à faire de ce que le groupe des « mères-gendarmes » pense.

À la femme avec des piles de vaisselle et de linge sale qui sort quand même prendre un café avec des amis, je te salue. Être une bonne mère ou une bonne épouse ou un bon être humain ne signifie pas que l’on doit passer l’éternité à faire le ménage chez soi.

À la femme qui attend patiemment des antidépresseurs, je te salue. Ne confonds pas dépression et abandon. Tu es une reine de l’action pour moi. La force c’est de demander de l’aide. Tu es si forte. Beaucoup de femmes passent par la même période, elles n’en parlent juste pas.

À la femme qui n’a pas perdu tout son poids de grossesse, je te salue. Un nouveau travail qui te prendra 24 heures, qui ne sera pas payé et se terminera dans 20 ans ne mérite pas d’abandonner le gâteau. Mange le gâteau, mange le p***** de gâteau et envoie balader quiconque ose dire quelque chose. Après l’accouchement, ton corps n’est pas devenu brusquement ouvert aux commentaires publics.

Beaucoup d’amour,

de la part d’une maman amie dont les journées sont pleines d’erreurs monumentales et de minuscules victoires mais dont le cœur explose encore chaque jour pour une mini armée d’amour.

Constance »

Cette lettre m’a beaucoup touchée par son honnêteté, son authenticité. On est bien loin de l’image de la mère de famille idéale, à la vie parfaite, comme il s’en affiche tant sur les réseaux sociaux. Constance a osé dire tout haut ce que tant de femmes pensent tout bas, et ça fait du bien ! Son blog est à l’image de son message : elle y aborde des sujets tabous avec naturel et spontanéité, et si son langage est souvent cru, il faut reconnaître qu’elle a du style !

Je te salue Constance pour ton franc-parler, qui nous rappelle, car on a malheureusement souvent tendance à l’oublier, qu’être mère c’est avant tout être femme…

-> Découvrir le blog de Constance Hall

Photo © Constance Hall

Ça, c’est dit !

permis-poussetteMiss Boubouille, 4 ans 1/2, à qui j’explique que ça fait un moment que je n’ai pas conduit ma voiture, me répond : « C’est pas grave, tu as conduit la poussette ! »…

Bien vu, poulette ! 😉

Même s’il ne s’agit pas exactement du même permis, les 2 sont indispensables ! 😉

Maman aime… le planking !

plankingHier soir, en regardant ma série du moment (Switched at birth), j’ai découvert le planking (en anglais, « faire la planche »)… Cette activité consiste à adopter une attitude aussi raide qu’une planche dans des endroits publics et à se faire photographier.

Les plankeurs rivalisent d’imagination pour poser dans des lieux insolites, et de nombreux concours sont même organisés à travers le monde !

Si vous voulez vous amuser, tapez « planking » dans Google Images… vous passerez un excellent moment à découvrir les idées les plus originales et farfelues des plankeurs !  🙂

 

Ça, c’est dit !

graines-bebeMiss Boubouille, 4 ans 1/2 : « Pour avoir un beau bébé, il faut une jolie graine ! ».

Le secret des beaux bébés enfin dévoilé… Les papas et les mamans, il ne reste plus qu’à vous appliquer ! 😉

 

Ça, c’est dit !

Mister Bidou, 6 ans 1/2, cent fois par jour, à propos de la vie, l’amour, les vaches, les cartes pokemon, les jeux à la récré, les dessins animés… « c’est complètement ouf ! ».

Chère adolescence, prends tout ton temps avant de venir frapper à notre porte ! 🙂

Allo maman, dodo…

sommeilL’autre jour, une journaliste de Elle me demandait avec curiosité : « Quelle est la phrase que vous avez répété le plus souvent depuis que vous avez des enfants ? ».

Je pris mon inspiration, réfléchis longuement… Etait-ce « et le mot magique ? », « attends s’il-te-plaît », « tire la chasse d’eau », « non, je ne suis pas d’accord »… quand tout à coup, j’eus un flash. Je n’y étais pas du tout. Il ne s’agissait pas d’une phrase que j’avais répété aux enfants, non… mais de certains mots que je répétais à l’infini. Je baissais les yeux gênée, tapotais une poussière invisible sur mon Louis Vuitton avant de répondre à voix basse : « Je suis fatiguée« .

Ok, il n’y a pas de journaliste, pas plus que de sac Louis Vuitton, mais la phrase, elle, est bien réelle ! 😉

C’est celle que j’ai répété autant de fois qu’il y a de milliards d’humains sur cette terre depuis la naissance de Mister Bidou, il y a presque 7 ans. Elle a quelques variantes tout de même : « je suis crevée », « je suis claquée », « je suis épuisée »… ect… ect… avec Monsieur, nous pourrions jouer à celui qui la prononcera le premier le matin… avec un gros lot à gagner bien sûr (une nuit à passer au calme dans la voiture par exemple) !

Entendons-nous bien… ce n’est pas d’avoir des enfants qui est fatigant. C’est l’aventure la plus incroyable et la plus merveilleuse au monde. C’est mal dormir la nuit qui est épuisant. Constater qu’une nuit après l’autre, le sommeil est contrarié, pour mille et une raisons… la tétine de Monsieur Bibou qui est tombée ou ses gencives qui lui mènent la vie dure ; le cauchemar de Miss Boubouille qui l’a réveillée ; l’envie de faire pipi de Mister Bidou qui le tire du lit en urgence… Chaque nuit, il se passe quelque chose, et nous nous réveillons a minima 3 fois pour les enfants. Depuis combien de temps n’avons-nous pas dormi une nuit complète ? Le constat est cruel : je ne m’en souviens pas.

Notre lit est devenu la terre d’asile des enfants. Après son bib de 5h30 du matin, Monsieur Bibou atterrit entre Monsieur et moi pour quelques instants de sommeil volé avant le réveil de 7 heures. La nuit, Miss Boubouille vient se glisser sous la couette après un cauchemar, puis repart au petit matin. Quand à Mister Bidou, il est capable de nous réveiller en pleine nuit pour nous informer qu’il a été faire pipi. Il lui arrive souvent de venir nous voir le matin vers 6h pour nous demander s’il peut aller jouer, ou pour nous poser une question existentielle à laquelle nous n’avons pas la réponse…

Dur dur de dormir avec toute cette activité nocturne ! Alors, avec Monsieur, nous organisons la contre-attaque. Nous nous couchons parfois après le dîner, nous dormons à tour de rôle dans la chambre d’amis, nous nous dopons à la vitamine C… mais pour l’instant, impossible de récupérer tout ce sommeil perdu. Alors, nous nous mettons à rêver d’une semaine à 2 sous les tropiques… où nous ferions les étoiles de mer sur un lit king-size, ou à la plage… Pour l’instant c’est un joli rêve qui nous aide à nous endormir, mais ça viendra bien un jour, n’est-ce pas ?

En attendant, lorsqu’on nous demande « comment ça va ? », nous continuons de répondre « bien, merci », parce que si l’on disait l’horrible vérité (« intérieurement, ça va plutôt pas mal, mais physiquement, je suis au bout du rouleau… donne-moi tout de suite les clés de chez toi pour que j’aille faire une sieste ! »), la vie serait moins jolie ! Allo maman dodo… prête-moi un oreiller, j’suis KO ! 😉

Le jour où… les enfants ont pris leur 1er cours de judo

20160910_093329Nous étions loin de nous douter que ce serait le premier… et le dernier ! Cela faisait pourtant une semaine qu’ils ne faisaient que parler judo… et ils avaient trouvé que le premier cours était « génial« . Il y avait des jeux, des copains, des exercices pas trop difficiles, de l’ambiance… et ça leur avait plu !

Mais dès le samedi suivant, ils ont refusé d’y retourner. Pourquoi ? La réponse est simple : pourquoi s’embêter à aller à un cours le samedi matin alors qu’on peut traîner tranquillement à la maison en pyjama ?

Nous avons tout essayé pour les faire changer d’avis (« Le kimono, c’est un peu comme un pyjama, non ? », « Les cours ont lieu juste en face de la maison, et c’est seulement une fois par semaine… »,  » Vous allez retrouver vos copains… », « Si vous y retournez, l’an prochain, vous aurez une ceinture jaune »… ect…), rien n’y a fait !

Alors, nous avons lâchement abandonné, car à quoi bon les forcer à y aller s’ils n’en ont pas envie ? Décidément, nos enfants ne sont pas de grands sportifs… un peu à l’image de Papa et Maman ? 😉

Mesdames et Messieurs, voici les seules et uniques photos de nos judoka d’un jour ! 😉